Les effets de la concertation

Rapport d’étude sur les Tables intersectorielles de quartier de Montréal présenté le 5 janvier 2010 dans le cadre du partenariat de recherche entre la Chaire Approches communautaires et inégalités de santé (CACIS), l’INRS , le Centre Urbanisation Culture Société, la Coalition montréalaise des Tables de quartier, la Ville de Montréal, la Direction de la Santé Publique de Montréal et Centraide.

Auteurs : Gilles Sénécal, Geneviève Cloutier, Léa Méthé Myrand, Amélie Dubé et Andréanne Chevalier

Consultez le rapport complet ici.

Extrait de l’introduction

Ce rapport porte sur les processus de concertation se déroulant dans les quartiers de Montréal. Ces processus sont animés principalement par les Tables de concertation intersectorielle reconnues dans le programme de l’Initiative montréalaise de soutien au développement social local. Deux questions occupent la démarche de recherche. On se demande comment les processus de concertation conduisent à l’identification de pistes d’action regroupées autour d’une vision commune partagée par un ensemble significatif d’acteurs du quartier concerné et, à partir de là, quels en sont les effets.

Sachant que les Tables de concertation qui animent ces processus ont pour mandat premier de « permettre la participation de tous les acteurs y compris les citoyens » (Ville de Montréal, 2006), il est question, dans ce rapport, du passage de l’étape de la conception des pistes d’action et des propositions à celle de la mise en oeuvre de solutions et de résultats tangibles. Car, les Tables ont aussi pour mandat de viser « l’amélioration de la qualité et du cadre de vie » (ibid.). Ce pari difficile est-il tenu? À cet égard, il faut rappeler que le mandat des Tables, qui est d’animer la concertation, vise à mettre en place des processus qui conduisent à des pistes de solution largement reconnues par les acteurs sociaux et débattues auprès de la population. C’est ce que nous appelons dans ce rapport la « transaction sociale ». À partir des constats et des problèmes rencontrés, autour d’acteurs et de citoyens ayant des conceptions voire des intérêts différents, des négociations ont-elles été menées de façon à élaborer une vision commune et des actions ont-elles été mises de l’avant à l’échelle de la collectivité qu’est le quartier?